Psychotropes : enquête sur la face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques - Guy Hugnet
Dossiers Alimentation et Santé

Psychotropes : l’enquête – La face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques – Guy Hugnet

Psychotropes : enquête sur la face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques – Guy Hugnet

Psychotropes : l'enquête - La face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques - Guy Hugnet

 

******************************************

Je vous présente “Psychotropes l’enquête” un livre de Guy Hugnet, paru aux Éditions de l’Archipel en Octobre 2012.

Résumé

“Les Français détiennent le record mondial de leur consommation. Dans certains cas, ces traitements sont utiles et peuvent sauver des vies. Hélas, ces gélules sont prescrites bien souvent en dehors d’une réelle pathologie. Or, ces molécules – comme les drogues – modifient la chimie de nos neurones.
Guy Hugnet a mené l’enquête et exploré le lien entre ces médicaments et les modifications du comportement (confusion mentale, désinhibition…), altérations du cerveau (troubles de mémoire, lésions…), accidents de toutes sortes (chutes des personnes âgées notamment) jusqu’aux actes de violence (homicides, suicides – y compris sur le lieu du travail-, infanticides…) qui font souvent la Une des médias. Un travail minutieux complété et étayé par des interviews d’avocats, médecins, témoins, familles, procureurs, toxicologues…
Au terme de deux années d’enquête, il dresse un panorama des dégâts que peuvent causer les médicaments psychotropes consommés par des millions de Français, des plus jeunes jusqu’aux vieillards. Au-delà, l’auteur passe en revue les méthodes qui marchent – scientifiquement validées – pour s’en passer, proposant ainsi une nouvelle écologie du cerveau.”

Extrait / Avant propos

1

Psychotropes l'enquête - Guy Hugnet

Psychotropes l'enquête - Guy Hugnet
Extrait : Psychotropes l’enquête – Guy Hugnet

***************************************

Psychotropes : définition

Psychotropes : définition

Un psychotrope désigne une substance chimique, ayant un effet sur l’activité cérébrale au niveau du système nerveux central. C’est un terme qui désigne donc à la fois les drogues et les médicaments. Ils peuvent modifier ou altérer l’humeur, les émotions, les sensations, la conscience ou les autres fonctions psychologiques ou comportementales.

Une overdose nationale

Le constat est alarmant : en France, des centaines de millions de boites de psychotropes sont vendues chaque année.

Si l’utilité de ces médicaments n’est pas remise en cause dans quelques situations, leur prescription soulève en revanche quelques questions.

Des prescriptions abusives

“Docteur, ça va pas en ce moment…”

…doit être une des phrases les plus prononcées au sein des cabinets médicaux.

Une surmédicalisation du bien-être

Psychotropes : des prescriptions abusives

Que ce soit pour être moins angoissé, mieux dormir, avoir plus confiance en soi, surmonter une période stress intense, des angoisses, un deuil, une rupture amoureuse, un baby blues, des problèmes familiaux ou rencontrés au travail, ces molécules sont trop souvent prescrites dans le but d’aider à oublier et à neutraliser des émotions, passagères ou non, devenues difficiles à gérer.

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique

Au cours de la totalité de leur cursus, les futurs médecins bénéficient d’une formation théorique à la pharmaceutique de seulement une soixantaine d’heures.

Impossible donc de connaître par cœur les quelques 1500 spécialités, soit environ 400 médicaments, de la pharmacopée française.

Une fois installés pour exercer, les médecins subissent également une pression de l’industrie pharmaceutique qui les poussent à la prescription.

Or, la prescription de telles molécules nécessiterait une formation spécialisée.

Un symptôme, un médicament

Les cabinets des médecins sont “envahis” par les problèmes psychologiques”.

“Vous commencez par un antidépresseur et un tranquillisant. Ça va mieux mais vous dormez mal ? Pas de problème, on rajoute un somnifère. Vous êtes angoissés ? Pas de problème, prenez un neuroleptique. Ça vous donne des tremblements? on va corriger ça avec un autre traitement…”

Un cocktail de molécules

Un cocktail de molécules

La prescription d’une succession d’antidépresseurs cumulés à des anxiolytiques et autre somnifères et neuroleptiques est malheureusement devenue classique.

“Au delà de 3 médicaments associés sur une même ordonnance, on multiplie les risques.”

Un des problèmes soulevé par l’auteur est que, selon les rapports officiels, 50 % de ceux qui prennent des antidépresseurs ne sont pas dépressifs.

“Les ordonnances françaises regorgent de mélanges de psychotropes prescrits pour des troubles bénins.”

Pour autant, précise l’auteur,”absorber un antidépresseur n’a rien d’anodin. Au contraire […] les conséquence sont parfois imprévisibles”.

Une consommation massive

L’auteur présente une série d’ordonnances qui sont analysées par des experts : le constat est tout simplement incroyable.

Cet “empilement de molécules” peut amener à de “véritables empoisonnements causés par les médicaments.”

Un suivi très aléatoire

“La prise d’antidépresseurs n’est jamais anodine et devrait être entourée d’un luxe de précautions.”

À savoir : “Un arrêté du 7 octobre 1991 recommande aux praticiens de limiter la durée de prescription des somnifères à 4 semaines et celle des anxiolytiques à 12 semaines”.

En pratique, c’est malheureusement rarement le cas.

Psychotropes : des risques pour la santé

Psychotropes : des risques pour la santé

Certaines situations de la vie, nécessitent de vraiment peser les avantages et les risques avant de prescrire de telles substances.

Chez l‘enfant ou l’adolescent

C’est un sujet très sensible. Des cas de suicides ont été observés, souvent dans un contexte de difficultés personnelles et/ou familiales, suite à l’absorption de ces molécules. En raison des risques de comportement suicidaire ou violent, “la prescription doit alors s’accompagner d’une surveillance étroite du patient“.

“Le traitement de première intention de la dépression de l’enfant et de l’adolescent est une prise en charge psycho-thérapeutique.”

Malheureusement, les délais pour obtenir un RDV sont souvent très longs.

Pendant la grossesse

Les conséquences pour l’enfant à venir peuvent êtes très graves.

  • Risque des malformations congénitales
  • Troubles du tonus
  • Agitation
  • Somnolence
  • Convulsions…

Chez les personnes âgées

Que ce soit à domicile ou dans les institutions, les psychotropes sont massivement prescrits aux personnes âgées.

Et lorsque ces molécules sont absorbés quotidiennement, et depuis de nombreuses années, le sevrage est quasi impossible tant les effets secondaires sont lourds.

  • Anxiété accrue
  • Dépression
  • Irritabilité
  • Confusion mentale
  • Hallucinations…

Tant et si bien que l’on préfère continuer leur administration.

Ces “camisoles chimiques” et faciles et discrètes sont très efficaces pour avoir la paix, dira une infirmière.

En parallèle, de fortes présomptions portent sur les benzodiazépines qui, utilisées sur des périodes prolongées (supérieure à plusieurs semaines), altéreraient l’activité cérébrale.

De là à faire le lien avec l’apparition de la maladie d’Alzheimer, il n’y a qu’un pas…

“D’un côté, on prescrit en masse des médicaments qui favorisent son apparition; de l’autre, on dépense un argent fou pour lutter contre cette maladie [Alzheimer]. On marche sur la tête.”

En cas d’alcoolisme

Le cocktail avec des antidépresseurs peut s’avérer explosif et créer une véritable “bombe à retardement dans le cerveau“.

Erreurs de diagnostics

En France, la majorité des psychotropes sont prescrits par des médecins généralistes.

Le souci est qu’ils n’ont pas la formation ni le temps en quelques minutes, d’établir un diagnostic précis et qui plus est, difficile à réaliser avec certains patients : souffrent-ils de mal-être ? Est-ce une dépression…?

Le mot “dépression” est utilisé à tort et à travers en France. D’où la surpréscription anarchique d’antidépresseurs.

Des millions de gélules sont absorbés par des personnes qui ne sont pas dépressives, “au sens médical du terme.

Des erreurs de diagnostics aux conséquences dangereuses, car la prise de ces médicaments sans nécessité entraîne une augmentation artificielle du taux de sérotonine dans le cerveau. Avec des risques pour la santé et des effets secondaires avérés et très aléatoires, chacun réagissant différemment à ces molécules.

Mensonges sur ordonnance

√ Extrait d’une interview de Guy Hugnet donnée au Nouvel Observateur en octobre 2012 :

“Pourquoi les antidépresseurs sont-ils autant prescrits par les médecins ? Tout ce que les généralistes savent du médicament c’est ce que leur présentent les laboratoires. L’objectif étant de les convaincre de la nécessité de prescrire ces médicaments pour qu’à leur tour, ils puissent en convaincre les patients. En matière de prescription de psychotropes, la croyance est fondamentale.”

Psychotropes : enquête sur la face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques 
Psychotropes : enquête sur la face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques

 

le Nouvel Observateur" du 25 octobre 2012
le Nouvel Observateur” du 25 octobre 2012

Effets indésirables : des conséquences dévastatrices

Sur-prescrits, et la plupart du temps délivrés par les généralistes, ces médicaments de l’âme peuvent avoir des effets dévastateurs.

La liste des effets indésirables est impressionnante et non-exhaustive. Les patients se retrouvent alors pris dans une spirale infernale pouvant amener jusqu’au suicide.

Antidépresseurs (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine – ISRS) 

  • Bouffées délirantes
  • troubles de l’humeur
  • accès maniaque
  • délire
  • idées suicidaires
  • hallucinations
  • vertiges
  • baisses de tension
  • douleurs abdominales
  • fatigue intense
  • Nausées
  • anxiété
  • amnésie
  • irritabilité
  • agitation
  • agressivité
  • nervosité
  • somnambulisme
  • accès de colère
  • confusion
  • diarrhées
  • maux de tête
  • Bouche sèche
  • tremblements
  • problèmes sexuels…

Antidépresseurs

Anxiolytiques et somnifères : les effets indésirables

  • Baisse de vigilance
  • fatigue
  • sensation de faiblesse
  • vertiges
  • confusion
  • hallucinations
  • sécheresse buccale
  • insomnie
  • nervosité
  • hyperexcitabilité
  • manies…

Anxiolytiques

Somnifères

Somnifères

Le bout du tunnel

Pourtant, des solutions existent pour éviter de recourir à la chimie.

Alimentation saine et équilibrée

Alimentation saine

Les sucres lents stimulent la sécrétion d’insuline. Durant ce processus, le tryptophane est mieux absorbé par le système nerveux.

Les acides gras essentiels, que le corps ne peut pas fabriquer tout seul, doivent être apportés par l’alimentation. Or, on sait qu’ils sont indispensables au bon fonctionnement du système nerveux. Il est donc important d’assurer un bon apport en Oméga 3 pour favoriser les transmissions nerveuses.

Activité physique

La pratique de la marche est le meilleur antidépresseur naturel connu. Ses vertus sur le cœur, les muscles et d’autres organes ne sont plus à démontrer.

Pratiquer une activité physique, quelle qu’elle soit (yoga, jogging, marche, cyclisme…), provoque un afflux sanguin qui nourrit le cerveau en oxygène et autres nutriments.

“Cela favorise également la synthèse de la sérotonine, neurotransmetteur dans l’humeur, et augmente le taux de dopamine dans le cerveau. D’où un effet euphorisant.”

L’idéal serait de pratiquer la marche pendant environ 40 minutes, trois fois par semaine.

La méditation

Le stress est le fléau du siècle. Ses conséquences négatives sur la santé sont multiples. Des exercices de respiration basés sur la cohérence cardiaque, visent à apprivoiser l’activité cardiaque, qui devient chaotique, lorsque des états de stress se font sentir.

La relaxation musculaire

Le yoga est efficace en tant que techniques corporelle visant à soulager les troubles anxieux. Sa pratique a un impact positif sur le stress et entraîne une amélioration du sommeil.

Les tensions corporelles sont également soulagées par des techniques de lâcher-prise.

****************************************

Retrouvez également ma chronique littéraire sur ma chaîne YouTube 🙂

⇒ N’hésitez pas à vous abonner pour être tenus au courant de toutes les nouvelles vidéos !

 

****************************************

Le livre est disponible ici :

Psychotropes : l’enquête – La face cachée des antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, neuroleptiques – Guy Hugnet

Psychotropes l'enquête - Guy Hugnet
Psychotropes l’enquête – Guy Hugnet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.